bannière


Kyôto 2



« Avec leurs perspectives de lanternes et leurs néons, la plupart des villes japonaises se donnent la nuit l’air de métropoles. Le jour venu, ce ne sont plus que des agglomérations poussées trop vite sus un feston de lignes électriques, d’isolateurs et d’enseignes éteintes. Le visiteur a l’impression qu’on l’a trompé.
Mais à Kyoto, rien à dire. Malgré son dialecte lent et chanté qui fait province et la multitude de ses petits commerces et entreprises familiales, c’est toujours la Cité impériale tracée et bâtie il y a treize siècles, dans un immense quadrilatère, par des magistrats, des stratèges, des astrologues et des jardiniers que l’exemple de la Chine incitait à ne pas lésiner sur les proportions. Avec son quadrillage d’avenues et de ruelles, ses myriades de temples, cimetières, jardins de pierres, de mousses ou d’azalées, ses marchés, ses quartiers d’artisans, c’est la seule ville du Japon ou l’on se sente un espace intérieur et un plan concerté. La seule ou le promeneur perçoive ces axes, ces points cardinaux auxquels la géomancie attachait autrefois tant d’importance, et l’influence subtile qu’ils exercent toujours sur l’allure et l’ambiance de la ville. « Dix minutes à pied au nord, quatre au nord-ouest, et, de là, c’est cent mètres environ vers le sud » : voilà comment les gens de Kyoto, qui ont tous une rose des vents dans la tête, vous indiquent votre chemin. »

- BOUVIER Nicolas, Japon, Lausanne, Rencontre, 1967.


Le Nijô-jô

Construit en 1603, ce château fut la résidence des shogun Tokugawa. Vous pourrez y admirer de magnifiques peintures murales.


Kyôto_Nijô-jô

- Il ne reste que cinq bâtiments, que l’on peut heureusement visiter. Les photos sont interdites à l’intérieure.


Kyôto_Nijô-jô

- L’un des porches d’entrée.


Kyôto_Nijô-jô


Kyôto_Nijô-jô


Kyôto_Nijô-jô

- Le sol des pièces est surélevé. Recouvert de parquet, il est impossible de s’y déplacer sans bruit. C’est le fameux parquet « dit du rossignol » que Tokugawa Ieyasu fit installer.


Kyôto_Nijô-jô_jardin


Kyôto_Nijô-jô_jardin

- On peut observer dans le parc de beaux jardins. Notamment celui dessiné par le maitre de cérémonie du thé Kobori Enshû. Pour en savoir plus sur les jardins japonais, cliquez ici.


Kyôto_Nijô-jô_fortifications


Kyôto_Nijô-jô_fortifications


Kyôto_Nijô-jô_fortifications

- Il y a peu de traces d’architecture militaire en dehors de certaines portes fortifiées et des douves.


Kyôto_carpe

- La nature est partout, une carpe, un cygne.


Kyôto_Kiyomizu-dera

- Le Kiyomizu-dera est un temple qui fut fondé en 798. Ses bâtiments actuels datent de 1633. L’intérêt majeur de ce temple, appartenant à la secte bouddhique Hossô, se trouve dans l’immense terrasse de sa grande salle qui , étant à flanc de montagne, est supportée par des piliers de bois.


Kyôto_Kiyomizu-dera

- Le bouddha du temple.


Kyôto_Kiyomizu-dera

- Une divinité ?


Kyôto_Kiyomizu-dera


Kyôto_Kiyomizu-dera

- Le cadre du temple, niché dans les montagnes, est agréable, malgré les très nombreux touristes.


Kyôto_Kiyomizu-dera

- La visite permet aussi d’avoir un point de vue sur Kyoto.


Kyôto_Chion-in

- Le temple de Chion-in fut fondé en 1234. Sa porte principale, San-mon, qui date du XVIIème siècle, à deux niveaux, est la plus imposante du Japon.


Kyôto_chemin

- Vers le temple.


Kyôto


Kyôto


Kyôto

- Bâtiments des environs.


Kyôto_sanglier

- Gruikk !



Haut de la pageHaut de la page




Copyright Partir au Japon.com 2007 - 2016